Ma “crise de la trentaine” un virage à 180°

on 20/03/2019

Comment expliquer ce silence sur le blog et les réseaux autrement qu’en vous rapportant ce qui se passe en moi depuis des mois. En tant qu’individu je me suis toujours considérée comme une personne ambitieuse et heureuse. Pourtant depuis  que j’ai  passé le cap de la trentaine et que je suis maman ma perception de la vie a totalement changé.

Ce serait simple de tout mettre sur le dos de la maternité mais ce n’est pas un passage obligé de maturation ou de transformation pour tout le monde. Ma fille a sans doute été un élément déclencheur ou du moins m’a préparée à ce processus.

J‘ai découvert une petite partie de moi que j’ignorais grâce à ma fille. Je déborde d’amour et j’ai l’impression que mes journées défilent à la vitesse de la lumière. Attention hein je ne dis pas que le quotidien est de tout repos tout beau tout rose et cuicuicui les petits oiseaux. Les soucis de santé même bénins se transforment en psychose grâce à Doctissimo. La vigilance, même en étant à son maximum ne permettent pas d’éviter les chutes et accidents du quotidien. Et puis il y a tout ce sur quoi on n’a aucune prise.

En fait je me rends compte que je n’ai pas de contrôle sur les évènements. Plein de facteurs extérieurs  modifient ce qui étaient mes “plans d’avenir’.

Sur ça encore j’ai fait un long chemin et un énorme travail sur moi-même qui me permet enfin de lâcher prise le plus possible pour vivre, enfin. J’en reparlerais  dans un autre article et peut être en vidéo.

Je vis maintenant d’une façon totalement différente car ma perception du monde a totalement shifté.

be-yourself.jpg

Je vis avec mes 5 sens

La vie passe à une allure déconcertante et la seule chose que je ne veux pas c’est avoir été en pilote automatique comme je l’avais été pendant mes longues années d’études, le nez dans le guidon.

Est ce que ça m’a rendue heureuse? Non, juste satisfaite de percevoir ma capacité à repousser mes limites. Est-ce que j’en ai tiré une leçon? Oui, bienheureusement. Car je pense que tout ce que nous faisons, tout ce que nous expérimentons permet de grandir. Enfin si et seulement si on prend le temps de voir, d’analyser.

Je cherche maintenant à utiliser tous mes sens: la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat, le goût... C’est comme si un autre monde se présentait à moi.

Certains appellent cela la méditation de pleine conscience. Ce n’est en aucun cas ésotérique. Notre société a évolué à une vitesse folle et on n’en oublie de revenir à soi-même et à prendre conscience du monde qui nous entoure.

Maintenant je vis chaque instant en essayant de ne rater aucune miette. Du moins lorsque je vis des choses agréables car il y a aussi des périodes sombres où l’on aimerait accélérer le temps. Pour autant j’essaie d’éviter cette attitude de fuite. Chaque chose ayant une importance à ne pas négliger et surtout à comprendre.

Je prends enfin conscience de mes émotions

Comment je me sens? Est-ce que j’accueille mon émotion? Est-ce que je l’ignore? Ce sont quelques questions parmi les nombreuses autres que je me pose désormais.

Un passif digestif compliqué avec des gastrites à répétition, des lombalgies… Autant de choses que mon corps me disait lorsque la coupe débordait! Je n’écoutais rien des appels au secours  que m’adressait mon corps tout entier.

C’est quoi une émotion? Comment elle se manifeste chez moi? Je n’étais même pas capable de les distinguer, de m’entendre… Que dis-je juste d’écouter et tendre l’oreille!

Je vous prépare une vidéo à ce sujet.

J’essaie de m’écouter, de cerner mes besoins et envies

Bon alors, au final je veux quoi? De quoi ai-je besoin?

Je me considérais comme ayant une alimentation saine alors que je prenais mon énième café de la journée- enfin disons des 24 heures qui suivent mon éveil! Oui, j’étais prête à ne pas écouter mon corps pour simplement le garder éveillé et pour être le plus productive possible. Productive, on en parle? Je n’avais pas saisi le sens de ce mot et j’en reparlerai aussi, un article ne suffirait pas! Le goût désagréable que laissait mon café de trop amer et acide à la fois ne m’arrêtait même pas. Aucun plaisir, juste “besoin” de terminer ce que j’avais prévu de faire sans savoir forcément pourquoi.

Je veux vivre ma vie en faisant des choses qui me mettent en joie, et ce le plus souvent possible.

half

J’essaie de virer mes pensées limitantes

Et il y en a tant que j’ai encore du mal à savoir si certaines de mes pseudos vérités ne sont pas plutôt de fausses croyances. Des pensées qui m’ont pendant longtemps poussée à l’auto sabotage.

Mais ce n’est pas si simple au final, ni les déceler, ni même me rendre compte que j’ai souvent crée des situations qui me desservaient apparemment. 

J’essaie de regarder les choses d’un oeil neuf avec le moins d’a priori possible pour les comprendre et les intégrer.

J’essaie de prioriser pour me rééquilibrer

Depuis que ma mini est à l’école, dégager du temps pour moi n’est plus aussi compliqué qu’avant. Cela dit elle n’y va pas encore l’après-midi. Je profite encore pleinement de ces temps pour faire tout un tas de sorties et d’activités avec elle tant que cela m’est permis. Dans quelques mois, ce sera la vie de grande fille pour elle, et une page se tournera pour moi aussi.

J’ai décidé de réévaluer mes priorités et cela a été révélateur pour moi. Fini les obligations, le stress et le tourbillon infernal de tout ce que je m’imposais.

Mes nouvelles habitudes du matin sont tellement plus enrichissantes et épanouissantes que tout ce que j’ai connu avant!

Même lorsque je vivais sans enfant je n’arrivais jamais à trouver un équilibre qui dure dans le temps. Mais là c’est différent. C’est naturellement que j’ai mis en place de nombreux changements et surtout que je clame haut et fort que je ferais tout mon possible pour ne pas me laisser happer par les obligations extérieures en contradiction avec ma petite voix intérieure.

D’ailleurs c’est qui cette petite voix intérieure?

Je ne connais à ce jour qu’une seule partie de mon être mais j’ai découvert bien plus que ce que je voyais il y a quelques années à peine.

J’écoute chaque jour un peu plus celle que ne faisais que murmurerEt j’espère l’entendre bientôt parler clairement.

Je suis dans un processus de changement identitaire profond…la crise de la trentaine? Appelons-la comme on veut, au final ça n’a pas d’importance.

Ce qui est merveilleux c’est de voir à quel point on peut être capable de transformer le monde qui nous entoure en fonction de la perception qu’on en a.

Ce qui est important c’est d’apprécier ces chances que l’on se donne pour être davantage dans la joie, et pour vivre pleinement. En ce sens, il y a une citation que j’adore:

“La mort est plus universelle que la vie : tout le monde meurt, mais tout le monde ne vit pas”.

6 Comments

  • Nabila

    Très belles paroles 💗 Il faut avant tout trouver son équilibre 😘 ta fidèle abonnée Nabila

    20/03/2019 at 6:02 Reply
  • Assia

    Bonjour ! Article très intéressant ! J’ai 27 ans et je suis maman d’une petite fille de 18 mois, je commence à me sentir changer et à également « lâcher prise » par contre c’est absolument pas le cas du papa, vas-tu l’evoquer dans tes prochains post ? Au plaisir de te lire, Assia

    21/03/2019 at 7:15 Reply
    • Honey

      Le papa à proprement parler ce n’est pas forcément prévu. En tout cas merci beaucoup d’avoir partagé ton avis à bientôt! 😘

      26/03/2019 at 9:36 Reply
  • maitena549

    Coucou miss,

    Très bel article, je me retrouve totalement dans tes mots.

    Jolie journée
    Tina
    http://wakeupthequeen.com/

    22/03/2019 at 11:21 Reply
    • Honey

      Merci beaucoup. A très bientôt 😘

      26/03/2019 at 9:36 Reply

    Ecrivez un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    You may also like

    %d blogueurs aiment cette page :